Festival POLYNESIA – Retour à Tahiti

.

Tahiti couchers de soleil

 Couchers de soleil sur Tahiti

.

Ci-dessous, 3 articles:

. Quelques photos de Tahiti, pour clore l’année 2016

. Premier festival culturel Polynesia, en septembre 2016: un événement que j’avais envie de partager avec vous! Il s’agit de quelques photos et impressions de cette belle rencontre.

. Notre retour à Tahiti, après plusieurs mois dans les Iles-Sous-Le-Vent, en juillet 2016

.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

.

Images de Tahiti…

..

1.Cercamon

Cercamon sur les lagons de Tahiti et Mooorea

.

4.Nature tahitienne

Tahiti côté montagne: au creux des vallées profondes s’écoulent de somptueuses cascades

.

Graffitis-Ono'u

Papeete: Les graffitis du festival Ono’u ornent avec grand art les murs des immeubles.

(Sur un mur gigantesque de la ville se dessine le visage hyperréaliste, superbe, de cette vieille femme polynésienne. Dans ses yeux se reflète le lagon et l’île de Moorea)

.

2.Vahinés de Huahiné et Tahiti

Vahinés de Huahiné et Papeete

.

3.Portraits de Tahiti

Portraits de Tahiti

.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

.

Festival-Polynesia-Te-Moana-nui-a-Hiva

.

Une journée au FESTIVAL POLYNESIA

Te Moana Nui a Hiva

Septembre 2016

.

Réunir le triangle polynésien en son centre…

Il s’agit d’une première édition à Tahiti, qui relève le défi au travers de ce festival culturel et artistique.

Il rassemble les trois pointes du triangle polynésien :

Hawaii

Rapa Nui (Ile de Pâques)

la Nouvelle Zélande…

Et se retrouvent en son cœur : la Polynésie Française.

 

.Festival Polynesia 1

Au programme : festivités, découverte et partage des valeurs d’une identité à la fois commune et diverse.

.

Festival Polynesia 2

.

Dans une ambiance chaleureuse, nous assistons avec plaisir à des démonstrations de tatouage, de musique, de chants et danses, ainsi qu’à des expositions de photographies, peintures, sculptures et artisanat. Le festival Polynesia a pour but de préserver la richesse de la plus vaste unité culturelle et linguistique qui ait jamais existé sur le globe : la culture polynésienne. Un rendez-vous très réussi !

.

Festival Polynesia 3

 

.

Festival Polynesia 4

Outils de sculptures pour Tikis, instruments de musique…

.

Festival Polynesia 5

La chanteuse hawaiienne Kainani Kahaunaele accompagnée d’une danseuse

.

Festival Polynesia 6

Groupe de danse hawaiien enseignant aux écoliers polynésiens

.

Festival Polynesia 9

Tatouage à l’ancienne: des heures de travail…

.

Festival Polynesia 10

Patience…

.

Festival Polynesia 11

Artisanat polynésien

.

Festival Polynesia 12

Fabrication de Kapa ancestral provenant de Hawaii (Tapa en Polynésien : étoffe d’écorce battue)

.

Festival Polynesia 13

.

Festival Polynesia 14

.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

.

RETOUR A TAHITI

Juillet 2016

Mi-juillet, nous quittons les Iles-Sous-Le-Vent et faisons escale à Tahiti.

.

Tahiti 2016-2

.

Plaisir de retrouver Tahiti, grande île verdoyante, si haute que son sommet est caché dans les nuages. Quel dépaysement de retrouver la ville de Papeete, ses activités et animations multiples, ses supermarchés qui paraissent gigantesques ; sa circulation routière ininterrompue laisse Dan bouche bée d’excitation ! Tout est aussi immense que les ISLV avaient été tranquilles. Et il y a aussi et surtout nos chaleureuses retrouvailles avec nos amis.

Cercamon a retrouvé une bouée où s’amarrer sur le lagon turquoise de la marina Taina à Punaauia, face à la barrière de corail où se brisent les vagues du large. Le regard part plus loin s’attacher à Moorea ; chaque soir, le soleil disparaît derrière l’île sœur de Tahiti et embrase le ciel…

.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

.

Retour à la page d’accueil

Escale à HUAHINE – Chantier à RAIATEA – Escale à BORA BORA

.

2016 DANS LES ILES-SOUS-LE-VENT

..

15.

Lagon devant l’ancien site du Sofitel, île de Huahiné

.

Ci-dessous nous partageons nos souvenirs de Huahiné où nous passons cinq mois début 2016, suivi de notre escale à Bora Bora après un chantier à Raiatea.

Photos de Huahiné: ICI.

.

Escale à Huahiné pendant la saison des cyclones

 

Soixante kilomètres de route côtière, une ville principale à l’allure d’un village, des montagnes verdoyantes et arrondies s’échelonnant jusqu’à près de 700m, des plages et le lagon à l’altitude zéro. Voici Huahiné. Une île sur laquelle nous avons élu domicile durant cinq mois de la période cyclonique.

.

IMG_2039_1

Randonnée au Mont Tapu, 430m

 

Cette saison humide El Niño était annoncé très à risque ; d’après Météo France, la Polynésie avait 99% de chances de subir au moins un cyclone. Nous avions pris nos dispositions au cas où cela devait arriver, et nous pensions sérieusement perdre notre voilier.

.

2.

Cercamon environné de grains

 

Avec grand soulagement, aucun cyclone n’a touché la Polynésie en 2016 ; en outre les dépressions tropicales ont été peu nombreuses et modérées. Il y a eu des alternances de grosses chaleurs, où ni le jour, ni la nuit, ni la mer, ne parvenaient à se rafraîchir. Les coraux ont souffert, ont blanchi. Même en dormant dehors sur le pont il faisait encore trop chaud !

.

3.

Pluie diluvienne sur la forêt d’Hana Iti

 

Puis survenaient des jours voire des semaines d’averses torrentielles créant sur le territoire des inondations. Parfois accompagnées d’orages violents. La foudre dans un bruit effrayant a une nuit touché le mât du voilier voisin… Sans lui c’était nous qui la subissions. Une saison des pluies à rallonge, car en mai les pluies restaient encore inhabituellement fréquentes.

.

4.

Attention cyclone !

.

5.

Saison des cyclones : ciel envahi de nuages, mer miroir

 

Nous avons particulièrement aimé Huahiné, l’île réputée la plus secrète des Iles-Sous-Le-Vent. Ses paysages magnifiques, sa population tranquille et aimable, sa petite vie routinière et sereine. Mais surtout, ce sont les amitiés qui nous ont marqué.

Nous avons passé du temps à Fare, la « grande ville » au nord-ouest, où nous avions tous nos amis.

A Hana Iti, sur la côte ouest, cette magnifique plage sauvage entourée de forêt tropicale où réside à la journée Siki, que tous les navigateurs de passage connaissent.

A Avea tout au sud pour nous y réfugier en cas de mauvais temps.

Ci-dessous un petit résumé en images de nos cinq mois à Huahiné, que nos amis ont contribué à rendre inoubliables. Merci à vous !

 

6.

Notre plage préférée : Hana Iti

.

7.

Siki chasse pour nous un poulpe à Hana Iti, où nous avons emmené la famille de Jean-Michel et Flora avec leurs deux filles

.

8.

.

.IMG_3578

.

IMG_3615

.

11.

Soirée polynésienne chez Inès et Don, adorable couple retraité américain

.

IMG_1722

Balade vers les marae de Maeva

.

14.

Seuls sur la plage d’Hana Iti

..

16.

Dan, moussaillon de 4 ans

.

1.Cercamon-mouillage-Hanaiti

Mouillage de rêve à Hana Iti

.

18.

Jeunes filles en fête à Haapu

.

19.

Concours de soulever de pierre, Fare

.

20.

Sauts d’enfants depuis le Pont de Maroe

 

Plus de photos de Huahiné sur Flickr:  ICI

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

.

Chantier à Raiatea

 

Après Huahiné, nous faisons escale à Raiatea pour un chantier (avec notamment soudure et antifooling au programme).

.

Chantier-Cercamon

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

Escale à Bora Bora

.

23.1

Le soleil se lève sur l’île de Bora Bora

..

Nous passons d’abord du temps au plus beau mouillage de l’île, tout au sud, au motu Taurere.

Un peu plus loin, le luxueux hôtel Le Saint Régis déploie ses bungalows sur le lagon turquoise. Face au complexe, et séparé par un petit bras de mer, il existe un autre monde. Un motu parsemé de végétation sauvage, de cabanes faites de planches et de tôles, où se déroule une vie polynésienne très simple.

C’est là qu’habite Mataio, un grand gaillard rempli de bonne humeur, qui nous invite à manger le cochon qu’il vient d’égorger pour nous. Nous nous retrouvons avec les équipages de Noé et Phénix. Au programme repas, musique, pétanque, et bonnes rigolades.

.

.26.

Chez Mataio avec Noé et Phénix

.

27.

Nous retrouvons le lagon de Bora Bora aux couleurs uniques.

.

27a

.

28.

A Vaitape, nous assistons à la fête des écoles.

.

29.

Nous profitons de nos amis du catamaran suisse Be and Be, avec Olivia, Pierre et leurs jumeaux Laszlo et Lewis.

.

16.Approvisionnement

C’est l’heure de l’approvisionnement !

.

Après avoir passé cinq années en Polynésie, nous pensons être prêts à partir et poursuivre notre voyage. Nous avons vécu…

 Une découverte dépaysante et passionnante des îles Marquises.

Une longue halte familiale et professionnelle à Tahiti.

Une très belle découverte des Iles-Sous-Le-Vent!

.

Dans quelques jours nous quittons la Polynésie. Ce fut une très belle période de notre vie, mais l’aventure nous titille, le besoin de repartir nous pousse vers l’ouest !

Cercamon est prêt, les cales sont remplies de nourriture, d’eau, de gasoil, la pharmacie est remise à jour, et le voilier a été révisé sous toutes ses coutures au chantier à Raiatea. A présent en famille, nous partons équipés d’un téléphone satellite et du système AIS (dispositif par radio VHF qui permet aux navires et aux systèmes de surveillance de trafic de connaître l’identité, le statut, la position et la route des navires se situant dans la zone de navigation).

Fin juin et les alizés tardent à bien s’établir, la houle du sud s’élève régulièrement entre 2 et 3m, et des dépressions surviennent encore fréquemment. La bonne saison de navigation a du retard. Alors nous patientons !

Nous avons étudié longuement les cartes marines et la météo pour décider de la route à suivre. Eviter la zone de convergence intertropicale au nord, et esquiver tant que possible la houle du sud issue des dépressions australes, compliquant les entrées dans les passes d’atolls. Entre deux nous choisissons de faire cap vers Wallis et Futuna en passant par l’île de Suwarrow (l’île déserte où a vécu en solitaire Tom Neale) et l’archipel des Samoa.

Excitation, impatience, quelques pointes d’inquiétudes, bonheur, ce sont plein d’émotions qui nous traversent avant ce grand départ en famille !

.

IMG_1192_3a

.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

.

Changement de programme…

 

Fin juin. Nous ne sommes pas partis… Et nous ne partirons pas. Nous restons en Polynésie !

Voilà comment c’est arrivé.

Mardi 28 juin, au soir. Cercamon est prêt. Une petite fenêtre météo s’ouvre enfin, nous avons décidé de partir le lendemain matin vers l’île de Suwarrow. La nourriture déborde de partout, les fruits font presque éclater le filet tant il est chargé, nous avons de l’eau douce pour plus d’un mois, le maximum de gasoil remplit le réservoir de quille, les vêtements de navigation sont prêts. Les ways points pour nous guider sont enregistrés dans le GPS, les cartes marines attendent le tracé de notre route maritime. Quelques jours auparavant, nous avons fait la sortie administrative de Polynésie auprès des gendarmes. Et ce soir, nous venons de partager un dernier repas avec nos amis sur Be and Be ; je me sens triste de les quitter.

22h. Dan dort. Avec Régis nous effectuons les ultimes préparatifs à bord, puis nous prenons une dernière tisane dans le cockpit, balayé par la fraîcheur des alizés nocturnes.

Sommes-nous prêts à partir ? La question se pose soudain, incongrue, irréelle. Toute la nuit nous parlons, imaginons différents scénarios de vie.

Et si nous ne changions rien ? Et si la vie en Polynésie nous satisfaisait pleinement ?

L’idée nous paraît révolutionnaire, car nous pensions toujours à repartir. Ce nouveau projet nous séduit, nous enchante, nous tranquillise. Le grand voyage, c’était notre histoire à deux. Devenir parents nous a changés, et instinctivement nous souhaitons plus de stabilité en famille. Nous désirons une vie douce pour l’enfance de Dan, et la Polynésie nous semble idéale. Un climat généreusement ensoleillé, une population bienveillante, un rythme tropical cool, un espace de navigation grandiose, des paysages splendides, et des îles développées juste à la bonne mesure. Nous avons de la chance de pouvoir choisir notre vie, une vie qui nous plaît.

Profondément attachés à la mer, nous gardons Cercamon comme maison. C’est pour nous un art de vie unique ! Nous allons retourner à Tahiti, nous y réinstaller, rechercher du travail, retrouver nos amis.

Mais auparavant, nous avons envie de découvrir enfin les Tuamotu, des îles dénuées de relief perdues entre ciel et mer, qui s’étalent sur un territoire immense, atolls de bout du monde, où l’on peut encore jouer aux Robinsons. L’approvisionnement conséquent que nous avons fait sera très utile car là-bas il n’y a presque rien, de minuscules épiceries, très peu d’eau, des produits frais rares. Par contre les lagons regorgent de poissons, c’est le paradis de la plongée et de la chasse sous-marine !

 

Nous avons toujours vécu en Polynésie avec l’idée d’en partir. Et au moment d’en partir, nous réalisons que c’est là que nous voulons vivre…

.

33

Bora Bora, Motu Tapu

.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

.

Retour à la page d’accueil

Raiatea, Iles-Sous-Le-Vent: escale et Hawaikinui

 

Novembre 2015. Courte escale à Raiatea, sur la route entre Bora Bora et Huahiné.

.

IMG_8245_3

Teva et Ange, gardiens du motu Irihu, nous réservent un accueil des plus chaleureux.

.

.1.Raiatea

Initiation de Dan au ukulélé avec Ange

.

 Nous passons quelques jours au mouillage du motu et sympathisons avec Be and Be, catamaran Suisse de Genève.

.

4.Raiatea

Olivia et Pierre

.

5.Raiatea

Les jumeaux Laszlo et Lewis.

.

7.Raiatea

.

8.Raiatea

Merci à Pierre pour tes photos de notre voilier, notamment avec l’objectif fish eye pour l’intérieur. Merci aussi pour ton article sur nous dans le blog de Be and Be : Article sur Cercamon.

.

.

Plus de photos de Raiatea sur Flickr : Raiatea fin 2015.

 .

Novembre 2015, toute la Polynésie vibre au rythme de l’événement sportif de l’année : l’Hawaikinui. Plus de 80 pirogues à balancier au ras de l’eau, armées de 6 rameurs chacune, s’élancent sur les vagues du grand océan. 128 kms en trois étapes.

Merci à Teva et Ange de nous avoir emmené au cœur de la course.

11.Raiatea

Teva et Ange

.

Sur leur bateau à moteur ancré à la passe de Raiatea au milieu de tous les autres supporters, nous assistons à l’arrivée des rameurs, muscles tendus, visages lessivés.

.

12.Raiatea

Arrivée des 1ers concurrents depuis Huahiné

 

13.Raiatea

14.Raiatea.

.

15.Raiatea

.

16.Raiatea

.

17.Raiatea

.

18.Raiatea

.

19.Raiatea

.

20.Raiatea.

Départ pour la 2e étape, Raiatea-Taha’a

 

L’Hawaikinui en quelque chiffres

1er jour : Huahiné-Raiatea : 44.5km

2e jour : Raiatea-Taha’a : 26km

3e jour : Taha’a-Raiatea : 58km

 

23 ans d’existence depuis 1992.

Course marathon (sans changement d’équipiers, de rameur) de haute mer reliant quatre des ISLV.

 

Classement des 3 premiers gagnants :

1.EDT va’a

2.Shell va’a

3.OPT

 

Plus de photos sur Flickr : Hawaikinui 2015

.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

.

Retour à la page d’accueil

.

Iles-Sous-Le-Vent: Maupiti

.

Vue de Maupiti

.

Maupiti… Petit paradis égaré à 50km de Bora Bora, 315 km de Tahiti. La dernière île habitée de Polynésie, tout à l’ouest du territoire. Maupiti est un enchantement. Son lagon offre au regard des teintes turquoise incomparables. Quant à sa population, elle nous réserve le plus chaleureux des accueils !

.

IMG_6335_2

Cercamon au mouillage…

.

IMG_6311_1-001

.

Mais le paradis se mérite. Au petit matin, Cercamon franchit l’impressionnante passe Onoiau. De part et d’autre de l’étroit passage se brisent avec fracas les vagues du large. Le courant contraire pourtant faible à cette heure freine notre avancée le long du couloir turquoise et longiligne, enserré de deux motus (îlots coralliens) recouverts de palmiers.

.

IMG_6322_1

..

Nous prenons une bouée au nord du Motu Pitiahe, à l’ouest de la passe. Nous sommes ici protégé du Maraamu (alizé de SE) qui souffle à 30 nœuds plusieurs jours d’affilée. Bourrasques de vent, pluies, eau grise. A la plage, les grains de sable s’envolent, les palmiers fouettent l’air de leurs longues palmes.

Quelques chiens nous accompagnent, ils gardent des maisonnettes ou des cabanes désertées, utilisées pour la pêche ou la récolte du coprah (séchage de la pulpe de coco pour la transformer ensuite en monoï à l’huilerie de Tahiti).

.

IMG_6574_1.

Sous l’eau incolore, le spectacle reste fascinant : des raies Manta évoluent comme d’étranges vaisseaux spatiaux avec grâce et lenteur.

Le lagon est si peu profond que seul un deuxième mouillage reste possible : au sud-est de l’île principale, devant le village. Un rocher massif de basalte, semblable à une météorite tombée du ciel, surplombe la commune ; on le dirait prêt à s’écrouler dessus. Mais c’est un cyclone qui dévasta un jour la localité, en 1997, brisant les maisons traditionnelles colorées.

.

IMG_6318_1

.

IMG_6330_1

.

Si sa reconstruction n’égale pas ce qu’il fut, nous découvrons malgré tout le plus délicieux village des Iles-Sous-Le-Vent. Les maisons sont soignées jusque dans le détail, des rideaux fleuris font écho aux jardins qui regorgent de fleurs aux teintes éclatantes, les faapu (plantations) croulent sous les fruits, les ruelles sont proprettes. Nous ressentons une véritable envie de rendre les choses belles et nettes. Ainsi qu’un puissant désir que l’étranger de passage se sente bien. Sourires abondants, accueil polynésien chaleureux.

Au-delà, leur vie leur appartient, et les habitants, conscients d’habiter un paradis, semblent garder jalousement leur paix, leur tranquillité si précieuse. Ce peuple de fort caractère ne s’est ouvert au tourisme que récemment, refusant l’installation d’hôtels et d’animations touristiques, à l’opposé de sa voisine Bora Bora ; on ne trouve ici que quelques pensions de famille.

.

IMG_6970_1.

Cette île à taille humaine (11km2) gère elle-même son budget depuis 1972. Nous découvrons une île prospère, à la fois simple et moderne ; elle gère intelligemment son eau douce peu abondante et ses déchets ; elle possède un quai flambant neuf, une école bien entretenue, un nouveau dispensaire en construction, un rivage en pierres qui longe le village et sert en outre d’agréable promenade.

.

Montage Maupiti 1

Tri des déchets et fontaine à eau moderne

.

Les épiceries ouvrent quelques jours par semaine. Les femmes font leurs courses parmi deux ou trois étalages exposant l’essentiel ; c’est l’occasion de se saluer et d’échanger les dernières histoires, tout ça dans une décapante bonne humeur.

.

IMG_7114_1.

L’eau de pluie est recueillie par chaque maison dans de grandes citernes. Encore une opportunité de se rencontrer pour cette population de 1’200 âmes, et de renforcer la cohésion sociale : autour des fontaines d’eau. Chacun pousse sa brouette chargée de bouteilles et bidons pour faire le plein d’eau potable.

Un petit événement dans une grande ville devient ici l’Evénement du mois : l’arrivée du cargo Tahiti Nui VIII (ce jour, la houle permet son entrée dans la passe). Il amène matériel et nourriture de Tahiti, et repart avec le chargement d’un coprah de 1ère qualité. Tout le village passe sur le quai au courant de la journée, même ceux qui n’ont rien à y faire. On commente, on observe, on se réjouit des nouvelles denrées, et des salaires versés à la livraison du coprah.

 IMG_7082_1

.

Tahiti Nui VIII

 

IMG_7124_2

.

IMG_6670_1

Sacs de coprah, 25 kg chacun

.

Chaque soir, la place du marché désertée par les maraîchers mue en spectacle artistique. Des himene (cantiques polynésiens) vibrants, aigus, retentissent, d’autres chants suivent accompagnés de percussions, les femmes jusqu’aux plus âgées revêtent leur paréo, et dansent, dansent, répètent, s’interrompent, une blague s’intercale, une autre lui répond, fous-rires. Ici la population utilise son dialecte polynésien, nous captons simplement la jovialité d’être ensemble.

Plus loin des anciens jouent à la pétanque. Et ici, dans l’air du soir apaisé de la brûlure du soleil, on se retrouve autour d’une cabane qui prépare des ma’a (repas) à base de poisson et viande. Les habitants nous interrogent, les enfants s’arrêtent un moment, et voilà que l’on nous offre deux vélos pour parcourir l’île le lendemain.

Nous pédalons sur la route côtière de 11km, traversant les beaux champs de fleurs de tiare et ceux de noni (fruit aux vertus thérapeutiques – mais à l’odeur nauséabonde !), réservés à l’exportation sur Tahiti.

.

IMG_7189_2

.

Nous longeons des maisonnettes égarées ici et là et quelques marae (lieux de culte ancestraux). Nous découvrons une tortue gravée dans la pierre ainsi que d’autres dessins primitifs : ce sont les pétroglyphes de Haranae enfouis dans la forêt tropicale.

.

IMG_6951_1

.

Entre la plage de Tereia et le motu Auira, le lagon s’étale, vaste, pur et translucide. Un univers en bleu et blanc. Ivoires, les plages immaculées, turquoise la lagune, bleu profond l’océan, lapis-lazulis le ciel, turquoises les nuages qui reflètent la couleur du lagon.

.

IMG_6837_1

Le lagon est peu profond ; avec de l’eau jusqu’au torse, on le traverse en 20 minutes pour accéder à l’un des cinq motus. La réverbération sur fond de sable blanc est telle qu’elle brûle les yeux et la peau. Sur le motu, les habitants sont rares, ici c’est le pays de milliers de cocotiers (le coprah est une des principales activités des îliens). Les palmiers bordent une plage de rêve, sauvage.

.

IMG_7300_1

.

IMG_7329_1

.

Au sommet de l’île, perché à 380m, le Mont Teurafaatiu nous offre un panorama incomparable. Sur les flancs de la montagne cascade une végétation aussi luxuriante qu’inextricable. Et au-delà… Un méandre de bleu et blanc tapisse le lagon, puis le regard se perd sur la semi auréole de motus qui encerclent l’île, dernier bastion avant la frange écumeuse frappant la barrière de récif ; et enfin le large, le bleu infini.

.

Montage Maupiti 2

.

IMG_7401_2

.

Maupiti, une île à part. Consciente de son unicité. Qui fait tout par la préserver.

.

IMG_7045_2

L’abri en cas de cyclone avec un voilier est nul. Le paradis peut se transformer en enfer, car la difficulté de sa passe ne permet pas de quitter cette île par n’importe quelle condition. Une fenêtre météo s’ouvre. C’est l’heure pour Cercamon de quitter Maupiti.

.

IMG_7558_1

Sauvés par une barque de pêcheurs…

.

Mais notre voilier fait la sourde oreille. Sa quille s’enlise sur le banc de sable qui borde le mouillage. Bloqués. C’est l’aube. Nous hélons une barque de pêche. Sous la barbe blanche, le sourire du père est jovial. Son fils adolescent saisit notre amarre. Leur moteur de 30 CV peine, tire, résiste, reprend. Une secousse et nous sentons Cercamon à nouveau libre. Après un cadeau, mille remerciements, des sourires, nous partons. Pour de bon.

.

IMG_7579_1

Les vagues brisent à bâbord et tribord: le franchissement de la passe de Maupiti reste impressionnant!

.

Cap à l’est et au près direction Bora Bora. Après 28 milles s’ouvre la passe de la « Perle du Pacifique ». Un geyser à bâbord. Un autre plus petit à côté. Une baleine à bosse et son baleineau ! Nous approchons à distance décente. Les mammifères apparaissent, disparaissent, soufflent leur gerbe d’eau. Tous les trois massés sur le pont, nous sommes subjugués, profondément émus. Bienvenue à Bora Bora !

.

IMG_7461

Mouillage de rêve entre le Motu Tuanai et le village de Vaiea

.

Toutes les photos de Maupiti sont visibles sur Flickr : ICI

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

.

Retour à la page d’accueil

Escales des premières années

.

Notre parcours en bref

Ci-dessous, de petits résumés vous racontent en quelques mots nos traversées et escales des premières années de voyage, de 2005 à 2010.

 

COSTA BRAVA ET ILES BALEARES

pict0011.jpga21balares.jpg

Cinq mois dès l’été 2005 pour tester notre motivation de vraiment tout vouloir larguer en Suisse et de partir en mer pour une durée indéterminée. En quittant Gruissan, dans le pays Cathare, Cercamon nous mène vers les quatre îles des Baléares pour quelques mois, avant de revenir hiverner sur le continent espagnol côté Méditerranée.

.

ESPAGNE ET GIBRALTAR

4apariyangu.jpg

Le jour « J » du grand départ, Cercamon, sanglé dans le gros lift du chantier espagnol pas loin d’Alicante, se pose sur l’eau début 2006. Devant lui, 320 milles de Méditerranée à parcourir jusqu’à Gibraltar… en un mois et demi. Empêchements météorologiques, empêchements mécaniques, la route est bien longue jusque là, mettant durement à l’épreuve notre choix de cette vie-là, et exerçant notre sens de la patience, première vertu du marin. L’arrivée à Gibraltar, Méditerranée derrière nous, Atlantique devant notre étrave, représente toute une étape dans notre voyage…

.

ANDALOUSIE EN ESPAGNE ET ALGARVE AU PORTUGAL

marbella025.jpg n14.jpg

Après les innombrables arrêts forcés dans les ports de Méditerranée, enfin une côte sablonneuse sillonnée de rivières qui se prêtent au mouillage. Escales douces, sereines et dépaysantes, de Barbate à Huelva, du superbe rio Guadiana, fleuve frontière entre les deux pays de la péninsule ibérique, à l’Algarve et son paisible rythme de vie.

.

ESCALE A MADERE

58portugalportosanto.jpg 87.jpg

Notre première grande et véritable traversée, du Portugal sud à l’archipel de Madère, cinq jours sans voir la terre… on recommence quand ? A l’arrivée sur l’île de Porto Santo, première vraie escale lointaine, succède la verdoyante, luxuriante et somptueuse Madère.

.

LES CANARIES 

pict39741.jpg

Un dépaysement continu d’île en île, entre Graciosa aux airs africains, Lanzarote et Tenerife les volcaniques, et les autres. Iles certes très touristiques, mais qui n’en demeurent pas moins un excellent souvenir.

.

ILES DU CAP VERT, ILES MAGIQUES

pict65931.jpg pict47141.jpg

Pénible et rude traversée des Canaries au Cap Vert, baignée de déferlantes, de ciel et mer en colère. Est-ce ainsi que se méritent les îles du Cap Vert, face au Sénégal ? Première escale qui n’est plus européenne, mais pas africaine non plus, qui est musique, beauté des cœurs, étincelles de vies, paysages enivrants. « Petit pays, je t’aime beaucoup » chante Cesaria Evora. Et nous, tu nous as envoûté de ta magie.

.

LA TRANSATLANTIQUE

pict6953.jpg

La tellement rêvée et à la fois redoutée transatlantique. Seize jours entre ciel et mer, entre Afrique et Amérique, entre Cap Vert et Brésil. Calmes du pot au noir, mais aussi ses grains violents et imprévisibles, douce et nonchalante traversée qui nous catapulte à 7000 km de la France. Arrêt en chemin sur l’île de Fernando de Noronha, paradis de nature exubérante qui nous enchante les sens, avant de poursuivre sur le continent brésilien vers Fortaleza.

.

BRESIL

pict7786.jpg pict7524.jpg

De cet immense pays qui représente nos premiers pas en Amérique du sud, nous ne connaîtrons que trois escales sur la côte nord est. C’est bien peu en regard de toute la richesse que renferme ce gigantesque territoire vivant au rythme de tant de cultures différentes. Un échantillon de Brésil!

.

LA GUYANE, ENTRE MYTHE ET REALITE

imgp0304.jpg

S’immerger dans la sombre forêt amazonienne, frémir en découvrant la faune locale, s’émerveiller devant la beauté de cette force de la nature, découvrir le monde des chercheurs d’or, de celui très technique du site spatial à Kourou, assister même à l’incroyable spectacle du lancement d’Ariane 5, vibrer en s’imprégnant du passé du bagne, partager le quotidien des ethnies le long du fleuve frontière avec le Surinam, se détendre aux Iles du Salut. Voilà notre parcours de trois mois dans cet étrange département « pourtant » français. La Guyane, un pays entre des mythes effrayants et une réalité attachante au bout du compte. Un pays souvent dénigré et qui, en osant sonder cette terre mal-aimée, en appréciant ses différentes facettes, en y vivant des moments forts, nous aura charmé jusqu’au bout des doigts.

.

ANTILLES (Tobago et Trinidad, Grenadines, Martinique, Dominique, Guadeloupe)

imgp3535g.jpg igp0412b.jpg

Les Antilles, synonymes dans notre imaginaire de plages bordées de cocotier, se révèlent en premier comme lieu de travail idéal sur le bateau. Tobago nous offre pendant trois semaines un peu de ce rêve d’eaux turquoises, rapidement relayé par la vie de chantier sur l’île voisine, Trinidad. Pendant deux mois, nous manions outils et pinceaux pour rendre un voilier de 25 ans comme neuf. Parés à découvrir de nouveaux horizons, les Grenadines déversent dans nos yeux émerveillés la splendeur de ses lagons, saupoudrés d’une multitude d’îles et d’îlots. Puis dans une navigation exigeante toujours au près, nous abordons la Martinique aux paysages diversifiés, suivie de la verdoyante et dépaysante Dominique, et enfin la Guadeloupe et ses atouts de charme : les Saintes et Marie-Galante. Les Antilles sont aussi un endroit idéal pour y recevoir des visites depuis l’Europe.

.

VENEZUELA

58

Notre première approche du Venezuela se matérialise sous la forme de petites îles insignifiantes sur la carte marine : Los Testigos. Une escale marquante dans notre voyage. Loin de tout et hors du temps, les quelques familles de pêcheurs qui y vivent réchauffent nos cœurs de leur accueil, et réveillent nos âmes d’une joie festive au son de la guitare, à la lueur du feu de bois. Un peu plus loin, les îles désertes de la Blanquilla, la Tortuga, los Roques et las Aves nous apprennent la vie en autonomie dans un paradis fait de lagons, d’îles aux plages splendides, de fonds sous-marins riches et colorés. Enfin, au nord du Venezuela se dessine le Golfe de Cariaco, une réserve naturelle saturée d’oiseaux et de poissons, dont des centaines de dauphins. Le rivage alterne entre d’étonnants paysages désertiques et des villages aux ambiances authentiques. Le Venezuela, une autre escale coup de cœur.

.

LES ILES ABC : BONAIRE, CURAÇAO, ARUBA

17abc31

Une escale coincée entre Venezuela et Colombie : l’ambiance américo-latine cède la place à un climat cosmopolite, notamment européen et caraïbe. Nonchalance tropicale et rigueur néerlandaise, paradis fiscaux et éden touristique. Bonaire et Curaçao s’enorgueillissent de capitales aux couleurs pimpantes, celle d’Aruba croule sous des flots de touristes. Et pourtant, les trois îles néerlandaises conservent chacune une âme qui leur est propre.

.

LA COLOMBIE

colombie001.jpg

Comme tous ces grands pays d’Amérique du sud, nous ne faisons qu’effleurer la Colombie en deux mois d’escale, passés sur la côte Nord. D’abord il faut arriver dans le pays : la route depuis les îles ABC est semé d’embûches pour la navigation, suscitant quelques frayeurs à bord. L’entrée à Carthagène des Indes est un véritable coup de foudre, une cité coloniale somptueusement belle, riche en culture, art et histoire. Face à la ville, changement de décor opportun dans les paisibles archipels de Rosario et San Bernardo.

.

LES SAN BLAS

sanblasftecarti3392.jpg

Plus de 360 splendides îles coralliennes, un ruban chlorophylle de jungle continentale, et les flots turquoise de la mer Caraïbe. Voilà le pays des Indiens Kunas, si proches du Panamá, et pourtant plongés hors du temps et hors du monde. Pendant trois mois, nous vivons la plus authentique de nos escales à ce jour, la plus intense, et la plus belle. Nous partageons un zeste du quotidien des Kunas, ancrés à la Terre Mère qui offre tout. Nous découvrons les us et coutumes de ce petit peuple accueillant, leurs captivantes cérémonies rituelles, et leur solidarité qui en font les seuls amérindiens réellement indépendants. Même si le dollar bouleverse aujourd’hui cette société primitive, nous conservons cette image des Kunas : simple, vraie, curieuse, attachante. Elle nous a transformés.

.

LE PANAMA côté Caraïbe

http://cercamon.e.c.f.unblog.fr/files/2010/06/panam017.jpg

Panamá, isthme juché entre Caraïbe et Pacifique, entre Amérique du Sud et Centrale. Nous y entrons comme dans un couloir, un simple lieu de passage. Nous n’attendons qu’une place en marina pour Cercamon, afin de partir en trekking Andain ; finalement il nous faudra attendre plus longtemps qu’escompté. Le temps de nous laisser surprendre par ce pays de contrastes. A deux pas de Colón, centre névralgique du commerce international, ville pétillante avec sa fougueuse population latino-africaine, des hectares de jungle luxuriante recouvrent le littoral caraïbe, entaillée de villages de pêcheurs, des vestiges des Conquistadors, ou encore du paisible Rio Chagres, réserve naturelle abritant une incroyable faune et flore.

.

ANDES CENTRALES: Equateur, Pérou, Bolivie

Escales des premières années  IMG_3019-1

Périple sac au dos: ce texte raconte notre découverte de la haute montagne, nos trekkings avec des débuts difficiles, puis la fierté de parvenir jusqu’à plus de 5’000m. L’émerveillement est complet devant tant de glaciers, de lacs turquoise, de faune andine. Pour contrer le mal de l’altitude, nous consommons des feuilles de coca ; nous décèlerons tardivement une étonnante réaction physiologique et psychique. Au pied des sommets enneigés, nous parcourons des villes recélant souvent d’admirables édifices coloniaux, à travers Equateur, Pérou et Bolivie. Nous entrons dans ce dernier pays par le mythique lac Titicaca, et à Potosi nous endossons la peau de mineurs, une expérience bouleversante. A travers toutes les Andes, des bus nous transportent pendant de longues heures sur des pistes plus ou moins défoncées, des parcours régulièrement bourrés d’aventures. Nous découvrons les Indiens Quechua, leur culture, leur mode de vie. Enfin, nous traversons en 4×4 l’un des plus hallucinants paysages que nous ayons jamais admiré : les déserts du Sur Lípez et le Salar de Uyuni au sud de la Bolivie. Ce récit, c’est la vie de backpacker, ses découvertes, ses mésaventures, sa santé vacillante et ses rencontres. Les Andes… qu’est-ce que c’était beau… et qu’est-ce que c’était froid !

.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Retour à la page d’accueil

Iles-Sous-Le-Vent: Bora Bora

41867275

 

Bora Bora, « Perle du Pacifique ». L’île nous séduit immédiatement par son incomparable beauté. Son lagon déploie un incroyable camaïeu de bleus. Nous restons éblouis.

 

Bora-Bora-2

Cercamon au mouillage dans la baie de Povai

.

Bora-Bora-1

Le Mont Otemanu (727m), plus haut sommet de l’île, face au lagon

.

Certes, le tourisme ne fait que s’accroître depuis 1960 : Bora Bora est l’île la plus fréquentée de Polynésie et reste très prisée pour les lunes de miel. Des centaines de bungalows sur pilotis s’échelonnent le long des motus et de l’île principale, propriétés d’hôtels plus luxueux les uns que les autres. Des paquebots emplis de croisiéristes, des navettes et des jet-ski parcourent le lagon à longueur de journée, également survolé par un hélicoptère de tourisme et des parachutes ascensionnels.

 

Bora-Bora-3

Mais les lieux sauvages subsistent. Ils ne sautent pas toujours aux yeux, mais sont bien là. Souvent ils se nichent le long des motus côté récif ; ils tournent le dos au lagon et regardent la barrière de madrépores, face aux vagues qui la submergent. Des plages coralliennes, isolées, splendides, où nous nous sentons hors du temps et hors du monde. Où les jeux d’enfant sont infinis.

.

Bora-Bora-4c

 

Dans le lagon côte ouest, nous plongeons avec des raies Manta aux ailes immenses.

IMG_5976

 

Tout au sud s’étale le plus beau mouillage de l’île, au Motu Taurere, tel une piscine d’eau cristalline. Nous y faisons des rencontres simples et authentiques avec quelques locaux qui ont là leur cabane.

 

Bora-Bora-5

Mouillage de Taurere

 

 

IMG_5200

Belle rencontre avec Jean-Luc, qui vit sur le motu face au luxueux hôtel Le Saint Régis

 

Nous restons sous le charme de cette île certes très fréquentée mais si belle ! Ci-dessous des photos pour mieux en parler.

 

Bora-Bora-7

Kite Surf à Taurere

 .

Bora-Bora-8

Eau cristalline, Motu Taurere

.

Bora-Bora-9

Navigation à la voile sur le lagon

.

Bora-Bora-10

Mouillage de rêve à Taurere

 

.

Bora-Bora-11

Balade familiale au-dessus de la baie Paovai

..

Bora-Bora-15

Cercamon à la bouée de Maikai Marina, devant les deux plus hauts sommets de l’île

.

Bora-Bora-16

Coucher de soleil sur le Motu Taurere

 

Sur Flickr, la suite des photos de Bora Bora

.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

.

Retour à la page d’accueil

.

Iles-Sous-Le-Vent: Raiatea et Taha’a

.

En quelques images et quelques mots, nos impressions sur Taha’a et Raiatea…

.

1.Motu Ceran

Motu Ceran, île de Taha’a. Les deux îles de Taha’a et Raiatea, assez opposées tant par le relief que par l’esprit, partagent un même lagon. A défaut de plages, de nombreux motus  (îlots) s’échelonnent le long de la barrière de corail : beauté simple faite de sable blond, de lagon turquoise, de palmiers ébouriffés de vert, de platiers coralliens cendrés. Du silence mis à part le grondement des vagues à l’assaut de la barrière de récif, et du désert mis à part la vie des crabes, des moustiques, de quelques oiseaux, et sous l’eau celle des poissons.

.

2.Maaramu

Dépression de sud-est sur Raiatea, le maaramu : De telles perturbations sont normales en période de saison sèche. En revanche les phénomènes El Niño perturbent passablement cette année : la saison des pluies s’est prolongée bien au-delà de la normale. La saison sèche démarre elle aussi très en retard, marquée par un alizé instable, des pannes de vent fréquentes, de fortes houles récurrentes, des pluies aussi abondantes qu’inhabituelles. (Site Cyclone Extrême, infos El Niño : http://www.cyclonextreme.com/cyclonenewsNino.htm)

.

3.Haamene

Haamene (île de Taha’a) : typique village polynésien des îles. Les habitations aux jardins extrêmement fleuris suivent la route côtière qui serpente le long du lagon, et tout de suite derrière, grimpe la montagne et la forêt luxuriante. Des aboiements intimidants fusent des jardins. Au centre, une ou deux épiceries renferment le strict nécessaire. Si le village possède un quai (comme à Tapuamu), s’y arrêtent les navettes Raiatea-Taha’a et les goélettes de transport de marchandises (le Taporo VII, l’Hawaiikinui). On trouve une église un peu plus loin. Un terrain de jeu. Et la vie paisible des habitants.

La fraîcheur du soir pousse les villageois dans la rue. Jeux de pétanque, de volley-ball, observation de la vie qui passe, discussions assis sur un muret. Mais en ce mois de mai, l’animation se fait plus vive : chaque village répète pour le Heiva, les fêtes de juillet. Le spectacle nous captive, nous fascine : grondement des tambours qui résonnent dans la vallée. Déhanchements sensuels des vahinés. Pas guerriers des tane.

.

4.Enfants Tapuamu

Les enfants de Tapuamu en visite sur Cercamon (île de Taha’a). Ils ont entre 8 et 13 ans. Ils nous adoptent dès le premier jour. Nous emmènent en forêt, nous font découvrir leur nature, leurs fleurs colorées et odorantes, leurs merveilleux fruits. Les rapports sont francs, simples, plein d’humour. Nous traversons de nombreux faapu (jardins) débordant de fruits, et les célèbres plantations de vanille. Générosité touchante : nous revenons à bord chargés de fruits.

.5.Cultivateur vanille

Cultivateur de vanille dans son champ. « L’or noir » est une culture aussi délicate que technique. Taha’a assure les ¾ de la production polynésienne de vanille. Sa qualité et son arôme sont de réputation mondiale.

.

6.Lagon.

6a. Lagon

Un lagon de toute beauté, sur lequel naviguer est un délice, à l’abri des vagues du large.

.

7.TPR

Tahiti Pearl Regata. La TPR au départ d’Uturoa regroupe cette année une trentaine de voiliers. Les courses s’échelonnent sur trois jours, les parcours passent par Raiatea, Taha’a et Huahiné.

.

8.Chantier

Cercamon au Chantier Naval des Iles-Sous-Le-Vent. Deux semaines de labeur pour des travaux de mécanique, soudure, peinture, antifooling.

.

IMG_2011_2

Magnifique panorama au sommet du Mont Tapioi. Il s’élève à 294m derrière Uturoa (île de Raiatea), la capitale des îles-sous-le-vent. Elle abrite quelques milliers d’habitants et son centre s’étale sur deux rues principales.

.

10.Uturoa

Uturoa (vue depuis le motu Ofetaro). Une ville difficilement accessible en voilier : mouillages à proximité peu aisés, et halte au port pénible ou dangereuse par vent d’est à nord. Sous de bonnes conditions, l’escale au port du centre ville est un régal. Avec le supermarché « Champion » juste en face du quai, l’approvisionnement se révèle très simple. On s’endort au milieu des animations discrètes de cette petite ville des îles (à l’exception des week-ends où « la bringue » est assourdissante), on s’éveille avec les clameurs et vrombissements des bateaux de pêche ou des navettes inter-îles.

.

11.Marae

Marae Taputapuetea à Raiatea, que l’on nomme aussi l’île sacrée. Il s’agit du plus grand marae de toute la Polynésie, des vestiges archéologiques où se déroulaient les cérémonies rituelles. Aujourd’hui il subsiste des amoncellements de cailloux sombres agencés en vastes plateformes ou s’élevant en murs. Le terrain soigneusement entretenu est parsemé de banians, arbres sacrés.

.

12.Faaroa

Baie de la Faaroa, île de Raiatea. Au fond de la baie coule la rivière Faaroa. Balade en annexe au milieu de la forêt tropicale. Les souvenirs d’Amazonie nous assaillent. L’eau est fraîche, délicieuse : nous nous baignons en famille. Sur le rivage, André travaille dans son faapu, une vaste plantation d’arbres fruitiers (bananes, noix de coco, corossols, goyaves, fruits de la passion, etc) et de racines comme le taro ou l’igname. Il vit un peu plus loin avec sa famille, isolé des autres, travaillant avec ferveur sa terre au quotidien. Il parle de ses croyances (mormon avec des valeurs ancestrales), de médecine traditionnelle, de la chasse au cochon sauvage en solitaire (le pua), des essais nucléaires à Moruroa, de politique indépendantiste. André remplit notre annexe de fruits, dont deux énormes régimes de bananes et de fleurs magnifiques…

.

13.Taha'a

Bien-être, bonheur simple. Oui, c’est cela que nous ressentons à Taha’a. Mais pas tout de suite. Ça ne nous percute pas comme ça. Ça s’apprend peu à peu. Ça se découvre à petits pas. Peut-être avec une certaine réserve au départ. A l’image du polynésien et de sa timidité naturelle. Car sous le sourire et l’accueil chaleureux se cache une âme mystérieuse, insaisissable.

.

14a.Vie famille

Petit moussaillon sur son cocotier, motu Miri Miri

 

.15.Paysage Raiatea

Paysages de Raiatea

16.Paysage Raiatea

.

Toutes les photos de Raiatea-Taha’a sont visibles sur Flickr : ICI

.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

.

Retour à la page d’accueil

Iles-Sous-Le-Vent: HUAHINE

 

 

carte-Huahine-marine

.

Dimanche en Polynésie. A Huahiné. Les cloches des églises carillonnent dans l’air déjà chaud du matin. Un peu plus tard on entend les cris des enfants à la plage, superposé au concert de ukulélé dont les notes aigrelettes s’élèvent de la place principale.

.

Tout à l’ouest du gigantesque territoire polynésien s’étale l’Archipel de la Société. Divisé en Iles du Vent (Tahiti et Moorea) et Iles-Sous-Le-Vent. Huahiné est la première île que nous abordons dans les ISLV. Drapée de jungle aux pentes douces, ses sinuosités forment de multiples baies bordées par des plages somptueuses ; elles regardent un lagon densément turquoise.

.

Le contraste est violent, surprenant, en venant de Tahiti: ici on vit en harmonie avec la nature. On use les choses et les véhicules jusqu’à la trame. Les rares  supermarchés ne renferment que l’essentiel. Les habitants prennent le temps de vivre, de s’asseoir, de parler, de rester silencieux aussi, de chanter en s’accompagnant du ukulélé, de s’entraider pour une vie harmonieuse en communauté. On va à l’essentiel, avec simplicité.

 

Leur générosité, leur accueil, leur sourire, nous fait chaud au cœur ! C’est encore plus flagrant quand on voyage avec un enfant. Petite tête blonde choyée par les mains rugueuses des anciens, caressée par les îliennes à la chevelure couronnée de fleurs. Mais petit Dan est déjà loin, galopant au milieu des enfants polynésiens.

 

Aujourd’hui nous sommes de retour au village principal, Fare, après un cabotage le long de la côte ouest de Huahiné. C’est dimanche matin, les cloches des églises carillonnent…

.

1.Huahiné-002

.

2.Huahiné-002.

.

.

4.Huahiné-002.

.

6.Huahiné-002.

.

7.Huahiné-002.

.

8.Huahiné-002

.I

Ici toutes nos photos sur Flickr:

https://www.flickr.com/photos/doris-r/albums/72157653441343593

.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Retour à la page d’accueil

POLYNESIE 2013 – 2014

.

 2013 et 2014 en images

(à Tahiti et Moorea)…

.

Bonne année 2014!-001

.

Ici, vous trouverez plus de photos de Tahiti et de Moorea, classées par thèmes sur Flickr :

. La mer : images des voiliers de Tahiti et des va’a (les pirogues à balancier, le sport local)

. Le lagon est de toute beauté et mer et ciel présentent des teintes uniques.

. Nature : photos des plages tahitiennes (magnifiques mais pas si nombreuses !), et de la luxuriante nature (cascades et forêts)

. Population: ici, des portraits de Tahiti ou encore des images d’enfants

. Papeete : voici la ville de Papeete, et voilà son port et ses pêcheurs.

. Art polynésien : Images d’art et de culture (danses, tatouages, tikis…)

. Les fêtes de Juillet : la fête du Heiva, où les jeux sportifs traditionnels et les fascinantes danses polynésiennes sont à l’honneur!

.

 

1.Polynésie 2013-001

..

.

2.Polynésie 2013-001

 

4.Polynésie 2013-001

 

5.Polynésie 2013-001

 

 

6.Polynésie 2013-001

401.Polynésie 2013-001

.

396.Polynésie 2013-001

.

 

Polynésie 2014-003

.

 

9.Polynésie 2013-001

.

Tahiti Père et Fils

.

18.Polynésie 2013-001l

19.Polynésie 2013-001

 

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

.

Retour à la page d’accueil

 

POLYNESIE 2012

..

Escale à TAHITI en 2012

.

.Résultat de recherche d'images pour "tahiti carte"

.
.

Ici, vous trouverez toutes nos photos de Tahiti et de Moorea, classées par thèmes sur Flickr :

. La mer : images des voiliers de Tahiti et des va’a (les pirogues à balancier, le sport local)

. Le lagon est de toute beauté et mer et ciel présentent des teintes uniques.

. Nature : photos des plages tahitiennes (magnifiques mais pas si nombreuses !), et de la luxuriante nature (cascades et forêts)

. Population: ici, des portraits de Tahiti ou encore des images d’enfants

. Papeete : voici la ville de Papeete, et voilà son port et ses pêcheurs.

. Art polynésien : Images d’art et de culture (danses, tatouages, tikis…)

. Les fêtes de Juillet : la fête du Heiva, où les jeux sportifs traditionnels et les fascinantes danses polynésiennes sont à l’honneur!

.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

.

Quelque chose a changé à bord de CERCAMON

.

Naissance de DAN à TAHITI dans 017 - Naissance de Dan, Tahiti 2012 IMG_1831_1


IMG_1975 dans 017 - Naissance de Dan, Tahiti 2012

.

Dan vient de débarquer dans notre vie!

.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

.

Notre escale à Tahiti se prolonge…I

Images de l’année 2012

 

Mouillage de Tahiti à Taina et de Moorea

POLYNESIE 2012 dans 017 - Polynésie 2012 1.polynesie-2013

.

3.polynesie-2013 dans 017 - Polynésie 2012

.

4.polynesie-2013

.

5.polynesie-2013

.

6.polynesie-2013

.

8.polynesie-2013

.

9.polynesie-2013

.

10.polynesie-2013

.

.

Vie de famille

11.polynesie-2013

..

13.polynesie-2013

.

14.polynesie-2013

……

…..Nature polynésienne

25.polynesie-2013

.

27.polynesie-2013

.

26.polynesie-2013

.

28.polynesie-2013

.

29.polynesie-2013

.

30.polynesie-2013

.

31.polynesie-2013

.

.

Heiva (Fêtes de Juillet)

32.polynesie-2013

.

33.polynesie-2013

.

34.polynesie-2013

.

35.polynesie-2013

.

36.polynesie-2013

.

37.polynesie-2013

.

.

Vahinés à la plage

38.polynesie-2013

.

.

Port de Papeete

39.polynesie-2013

.

40.polynesie-2013

.

.

Marché de Papeete

41.polynesie-2013

.

42.polynesie-2013

.

43.polynesie-2013

.

.

Escale du quatre mâts russe SEDOV à Papeete

44.polynesie-2013

.

45.polynesie-2013

.

47.polynesie-2013

.

46.polynesie-2013

..

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

.

Retour à la page d’accueil

1234

En direct de Montréal |
Passions |
julien en australie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Une nouvelle aventure à Sha...
| Location d'un Mobil home à ...
| De nouvelle caledonie